BOOSTHEAT > Guides et astuces > Économies d'énergie > Isolation de la maison > Comment traiter les ponts thermiques ?

RETOUR

Comment traiter les ponts thermiques ?

pont thermique

Un pont thermique désigne un point où l’isolation est inefficace ou moins efficace que dans le reste de l’habitation (maison ou appartement), provoquant ainsi des déperditions de chaleur.

Le but d’une isolation de la maison efficace est donc d’éviter autant que possible l’apparition de ponts thermiques, ou de traiter les ponts thermiques déjà existants.

 

Définition : Qu’est-ce qu’un pont thermique ?

 
Un pont thermique est une faiblesse au niveau de l’isolation provoquée par la nature même de la structure externe d’une habitation (sol, toit ou façade).

Les ponts thermiques désignent en effet tous les endroits où l’habitation ne dispose que d’une faible résistance thermique à cause d’une discontinuité, d’une absence ou d’une détérioration de l’isolant.

Un pont thermique peut être structurel ou intégré.

Les ponts thermiques structuraux consistent en une discontinuité entre des matériaux et des parois de la structure, par exemple aux jonctions des façades et planchers ou planchers bas, façades et toitures, ou encore aux jonctions des façades et refends.

Les menuiseries extérieures anciennes contiennent des ponts thermiques liés à la structure de leurs profilés, qui n’opposent pas de résistance à l’entrée du froid. Ces ponts thermiques sont donc également structuraux.

On parle de ponts thermiques intégrés lorsque les ponts thermiques résultent de défauts de conception lors de l’assemblage des parois, ce qui peut également régulièrement subvenir.

Les ponts thermiques ne sont pas sans conséquence sur le confort du logement et doivent autant que possible être évités.

 

Les conséquences des ponts thermiques

 

Les principales conséquences des ponts thermiques sont les déperditions de chaleur, impliquant une hausse significative de la facture énergétique pour chauffer correctement le logement en hiver. C’est la raison pour laquelle il est toujours conseillé de mettre en place des travaux d’isolation avant de procéder à un remplacement de son système de chauffage.

Dans le cadre de la construction de bâtiments à faible consommation énergétique, il est essentiel de miser sur de très fortes résistances thermiques pour les parois, et de s’assurer de limiter les ponts thermiques dès le départ pour partir sur de solides fondations.

Les déperditions de chaleur ne sont pas les seules conséquences des ponts thermiques. En été, ils sont également responsables d’une mauvaise isolation du bâtiment, l’air ambiant se réchauffe plus rapidement et on peut donc souffrir d’une chaleur importante en période de canicule. Un logement en proie à de nombreux ponts thermiques est donc un bâtiment dans lequel les habitants auront trop froid l’hiver, et trop chaud l’été.

Les ponts thermiques sont également des lieux où peut s’accumuler l’humidité, favorisant l’apparition de mauvaises odeurs et de moisissures. Les raisons de vouloir éviter et/ou traiter les ponts thermiques sont donc nombreuses.

 

Comment éviter les ponts thermiques ?

 

Les ponts thermiques sont généralement plus importants sur les bâtiments anciens, mais peuvent également très bien s’observer sur des logements plus récents dans lesquels l’isolation n’aurait pas été réalisée correctement. Le risque de pont thermique varie en fonction du savoir-faire de l’artisan, mais également des matériaux employés, qu’il convient de choisir en fonction des spécificités du bâtiment.

Les matériaux les plus légers comme la laine de verre ou le polystyrène expansé peuvent rendre plus difficile la continuité de l’isolation et créer des ponts thermiques. Le choix des matériaux, cependant, ne remplace pas tout le travail de réflexion préalable aux travaux afin de concevoir une stratégie d’isolation adaptée au bâtiment.

Cette conception doit de préférence être réalisée par un bureau d’études thermiques spécialisé afin de garantir le meilleur niveau d’expertise possible et d’optimiser le budget de vos travaux d’isolation.

On notera tout de même que le risque de ponts thermiques est moins élevé dans les habitations avec des matériaux lourds (béton, brique), qui permettent une bien meilleure inertie à l’intérieur du logement.

L’isolation des façades par l’extérieur est par ailleurs une solution ayant fait ses preuves pour éviter cet écueil, bien qu’onéreuse.

 

Comment repérer les ponts thermiques ?

 

Les ponts thermiques ne sont généralement pas visibles à l’œil nu. Pour les repérer, le mieux reste de commencer par vérifier les endroits où ils sont le plus couramment observés :

  • Les jonctions entre la toiture et les murs ;
  • Les jonctions entre les murs et les menuiseries des fenêtres ;
  • Les jonctions entre les planchers et les murs ;
  • Les jonctions entre les balcons et les murs ;
  • Les montants des ossatures, des chevrons, et des points de fixation.

 

Passer la main à ces différents points permet déjà d’avoir un aperçu de certaines différences de température et de pouvoir repérer la présence de ponts thermiques.

Des professionnels peuvent réaliser une étude thermique complète de votre logement. Ils utilisent notamment des caméras détectant les rayonnements infrarouges, qui mettent en évidence les zones de faiblesse.

Comment agir sur les ponts thermiques ?

 

Traiter les ponts thermiques peut s’avérer difficile selon leur emplacement. Quelques travaux simples peuvent cependant traiter au moins une partie des ponts thermiques :

 

  • Le remplacement du simple vitrage ou de vieilles menuiseries ;
  • L’utilisation de planelles ou de rupteurs thermiques pour les jonctions des planchers intermédiaires ;
  • L’utilisation de rupteurs thermiques ou d’une chape de mortier coulée sur un matériau isolant pour les planchers bas ;
  • L’isolation par l’intérieur pour les planchers hauts.
déperdition de chaleur

Dans le cas d’une absence d’isolation dans le vide ventilé ou d’une isolation mal installée, la meilleure solution reste d’enrober le pont thermique avec un matériau isolant, pour rétablir la continuité de l’isolation et de la membrane d’étanchéité.

Dans certains cas plus complexes, l’enrobage des ponts thermiques n’est pas possible, et la pose d’une couche d’isolation extérieure s’impose comme la seule solution.

Les travaux d’isolation réclament une expertise précise, surtout en présence de plusieurs ponts thermiques. Afin de pouvoir compter sur une prestation de qualité, nous vous recommandons de faire appel à des experts agréés RGE et de prendre le temps de discuter avec différents professionnels avant de faire votre choix.

5.0
02