BOOSTHEAT > Guides et astuces > Énergies renouvelables et transition énergétique > Les énergies renouvelables > L’énergie éolienne

RETOUR

L’énergie éolienne

énergie éolienne

Utilisée par les hommes dès l’Antiquité, l’énergie éolienne est aujourd’hui la pierre angulaire de la transition énergétique.

En France, 20 000 moulins à vent ont fait place, en l’espace de deux siècles, à un parc massif de grandes éoliennes. Celles-ci représentent fin 2018 au total une puissance totale de 14 275 MW injectée sur le réseau. D

écouvrez les caractéristiques, le potentiel et les limites de l’énergie éolienne, ainsi que son rôle dans la transition énergétique mondiale.

 

L’énergie éolienne : une énergie propre par excellence ?

Soutenue par les politiques de baisse d’émission de CO2, l’énergie éolienne représentait fin 2017 4% de la production mondiale d’électricité. L’éolien est le second producteur d’énergies renouvelables électriques, derrière l’hydraulique qui représente 16,6% de la production mondiale.

Fonctionnement de l’énergie éolienne

L’énergie éolienne est produite par des éoliennes que l’on appelle également aérogénérateurs. Les aérogénérateurs captent l’énergie du vent à l’aide de leurs pales. Une éolienne est constituée :

  • D’un rotor avec deux ou trois pales ;
  • D’un système de transmission mécanique ;
  • De circuits de gestion du courant (régulateur ou onduleur par exemple).

 

Le vent fait tourner les pales de l’aérogénérateur, qui entraînent alors le générateur électrique. Le courant produit peut ensuite être utilisé par le réseau de distribution qui le reçoit.
Les aérogénérateurs sont à même de transformer 30 à 50% de l’énergie éolienne en électricité.

La production d’un parc éolien dépend des conditions aérologiques : les éoliennes affichent un meilleur rendement quand elles sont soumises à un vent constant et régulier. Celui-ci ne doit pas être trop fort pour éviter la mise en sécurité des éoliennes et donc l’arrêt de la production, ni trop faible pour permettre une production électrique.

 

L’énergie éolienne en France

 

Au niveau européen, la France est le quatrième parc éolien derrière l’Allemagne, l’Espagne et le Royaume-Uni, avec fin 2018 un total de 14 275 MW.

L’éolien représente 4,5% de la production d’électricité française, soit une part non négligeable des 16,8% d’électricité produite par les énergies renouvelables. Les régions du Grand-Est (5,56 TWh), des Hauts de France (5,71 TWh) et de l’Occitanie (3,13 TWh) sont les plus productrices.

Particulièrement prometteuse, la filière éolienne en mer reste cependant à l’heure actuelle très sous-exploitée. La France bénéficie du deuxième gisement d’éolien en mer en Europe, après le Royaume-Uni. Malgré de premiers appels d’offres lancés en 2012 pour la construction de parcs éoliens en mer, les 6 projets de construction de parcs offshore (Fécamp, Courseulles-sur-Mer, Saint Nazaire, Le Tréport, Saint-Brieuc, et Noirmoutier) sont toujours en cours de développement et se heurtent à des recours juridiques systématiques de la part d’opposants.

Le lancement du parc éolien au large de Saint-Nazaire a cependant été officialisé en juin 2019 et devrait, si tout se passe comme prévu, être raccordé au réseau d’ici 2023.

 

Les avantages de l’énergie éolienne

 

L’énergie éolienne est particulièrement propre et compatible avec les enjeux sur le climat : le fonctionnement d’un aérogénérateur ne provoque aucune émission de gaz à effet de serre ou de particules fines, ne rejette aucun déchet au sol et n’influe pas sur la qualité de l’air.
Le démantèlement des installations éoliennes en fin de vie ne présente pas de difficultés particulières : le démontage et le transport sont simples, et l’opérateur d’un parc éolien est tenu de pouvoir garantir la remise en état du site après désinstallation.

Le bilan écologique de l’énergie éolienne est donc très favorable.

La filière éolienne s’impose comme un secteur économique en croissance très rapide en France. Elle représente fin 2018 plus de 17 000 emplois, plusieurs industriels ayant trouvé de nouveaux débouchés : fabrication de roulements, de générateurs, de mâts, de pales, de multiplicateurs…

 

Limites et enjeux de l’énergie éolienne

 

L’énergie éolienne se heurte en revanche à certaines limites, et sera confrontée dans les années à venir à plusieurs défis. La hauteur moyenne des éoliennes se situe actuellement autour des 150 mètres, mais sera au fil des années vouée à augmenter pour rechercher davantage de puissance, et pour exploiter des zones de gisement moins ventées.

L’augmentation de la hauteur et la multiplication d’éoliennes devront non seulement susciter l’approbation des riverains, mais aussi veiller à ce que l’éolien se réalise en adéquation avec la préservation des paysages nationaux. L’impact des éoliennes sur le patrimoine paysager français est un enjeu important, qui nécessite une recherche approfondie pour une insertion réussie des éoliennes en tenant compte des particularités topographiques et notamment des reliefs alentour.

Outre l’aspect visuel, les enjeux environnementaux des éoliennes doivent également prendre en compte l’acoustique et le possible impact sur la faune volante (oiseaux et chauve-souris). Le bruit des éoliennes est encadré par la réglementation, mais suscite parfois l’opposition des riverains. Or, chaque projet éolien terrestre fait désormais l’objet d’une enquête publique et d’un rapport pris en compte dans l’instruction ou la demande d’autorisation.

Les Français restent néanmoins favorables à l’énergie éolienne : d’après un sondage publié par l’institut Harris le 17 octobre 2018, 73 % des Français ont une bonne image de l’éolien, ce chiffre montant à 80 % chez les riverains de parcs (à moins de 5 km). L’acceptabilité locale semble favorable à la construction de nouveaux projets, mais les opposants parviennent souvent à retarder de nombreux projets, ralentissant la construction de nouveaux parcs.

Quelle rentabilité pour l’éolien domestique ?

 

Les particuliers peuvent s’ils le souhaitent installer et financer eux-mêmes une éolienne sur terrain venté, à l’écart des habitations et avec une ligne électrique proche. Certaines éoliennes de faible puissance (généralement autour de 20 kW) restent accessibles aux particuliers, avec un coût d’installation complète oscillant entre 8 000 et 20 000 euros.

Pour auto-satisfaire la consommation électrique d’une maison, le coût observé peut cependant grimper jusqu’à 40 000 euros. Un investissement à rentabiliser sur le moyen ou le long terme, puisqu’une petite éolienne peut être amortie au bout de 8 à 15 ans de fonctionnement, avec une très bonne exposition au vent.

L’énergie éolienne n’est en revanche pas adaptée au chauffage d’un logement car elle reste dépendant des conditions climatiques et ne pourra pas seule vous assurer une production de chaleur constante. Vous devrez ainsi privilégier d’autres énergies pour chauffer une maison et produire votre eau chaude.

BOOSTHEAT propose une technologie révolutionnaire : grâce à sa chaudière thermodynamique, vous bénéficiez d’une énergie de chauffage disponible quelles que soient les conditions climatiques et/ou météorologiques. Le rendement de 200% de la pompe à chaleur gaz BOOSTHEAT vous permet de réaliser d’importantes économies sur votre facture énergétique.

l'éolien domestique
5.0
01

Devenez acteur de la nouvelle ère énergétique

La chaudière la moins énergivore du monde

Conçue et fabriquée en France

Votre devis en quelques clics

Nos conseillers vous accompagnent