BOOSTHEAT > Guides et astuces > Pompe à chaleur > Installation pompe à chaleur > La consommation d’une pompe à chaleur

RETOUR

La consommation d’une pompe à chaleur

Les pompes à chaleur (PAC) sont réputées pour leur faible consommation en énergie. Elles puisent en effet les calories dans l’environnement extérieur pour les restituer dans votre logement ou dans tout autre local professionnel, offrant un meilleur rendement que les chaudières ou les émetteurs de chaleur électriques autonomes.

 

Le principe du coefficient de performance énergétique (COP)

 

Le fonctionnement d’une pompe à chaleur repose sur un cycle de compression et de détente d’un fluide frigorigène : la hausse de la pression génère de la chaleur, quand la baisse de pression entraîne une diminution de la température. Pour fonctionner, votre pompe à chaleur consomme de l’énergie : il s’agit le plus souvent d’électricité, mais aussi de gaz dans le cas d’un compresseur thermique comme celui équipant la BOOSTHEAT.20.

 

Le COP nominal

 

Le rendement est donné par le coefficient de performance énergétique (COP), qui précise le ratio entre l’énergie dépensée et la chaleur produite. Par exemple, une pompe à chaleur qui consomme 1 kWh d’électricité pour produire 3 kWh de chaleur affiche un COP de 3. Un coefficient élevé traduit une consommation d’énergie faible.

Le COP nominal est mesuré en laboratoire et rend compte d’une situation « idéale ». En effet, il ne reflète pas forcément la consommation réelle de votre pompe à chaleur qui dépend du climat de votre région de résidence ou de vos habitudes de consommation. Il ne permet pas non plus de comparer efficacement différents systèmes entre eux : par exemple, on ne peut pas utiliser le COP nominal pour comparer un chauffe-eau thermodynamique et un appareil à double service, assurant chauffage et eau chaude sanitaire.

Il faudrait en effet estimer le niveau de performance, et donc la consommation, d’une pompe à chaleur en conditions réelles, et prendre en considération le climat et les conditions d’utilisation tout au long de la saison ou de l’année. Pour obtenir le COP de votre PAC selon une moyenne annuelle, vous devez établir le ratio entre l’énergie calorifique produite sur l’ensemble de la période considérée, et l’énergie consommée pour alimenter votre pompe à chaleur.

 

Les indicateurs SCOP et ETAS

 

Le SCOP (Coefficient de Performance Saisonnier) permet de classer les appareils de A+++ à G, A+++ étant la meilleure note. S’appuyant sur la norme européenne EN 14825, le SCOP prend trois climats européens différents pour calculer précisément la performance saisonnière : climat chaud (Athènes), tempéré (Strasbourg) et froid (Helsinki).

L’efficacité énergétique saisonnière (ETAS) est calculée à partir du SCOP. Il est exprimé en pourcentage et facilite la comparaison entre différents systèmes de chauffage : un appareil affichant un ETAS élevé consomme moins d’énergie. Par exemple, une chaudière dite à très haute performance énergétique (THPE) affiche un ETAS supérieur ou égal à 92%, quand une pompe à chaleur possède un ETAS le plus souvent supérieur à 110%.

 

Une performance qui diminue par grand froid ?

 

Pour chauffer une maison, un appartement ou un bâtiment à vocation professionnelle, une pompe à chaleur exploite l’environnement : dans le cas d’une PAC air-eau ou air-air, les calories sont puisées dans l’air ambiant. Mais que se passe-t-il au cœur de l’hiver, quand le thermomètre affiche des températures glaciales ? Votre système perd progressivement en efficacité quand les températures baissent, jusqu’à ne plus pouvoir assurer le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire. Un système d’appoint, le plus souvent une résistance électrique énergivore, prend alors le relais. Mais cette critique ne concerne qu’un nombre limité d’appareils, dans des conditions d’utilisation particulières. La pompe à chaleur air-eau permet de réduire considérablement votre consommation, et donc votre facture d’énergie. En règle générale, la pompe à chaleur conserve un ETAS supérieur à une chaudière à gaz ou au fioul.

Vous pouvez aussi opter pour une pompe à chaleur géothermique ou aquathermique. Elle puise en effet les calories dans le sous-sol ou dans les nappes phréatiques, dont la température est constante tout au long de l’année. Le COP de ce type d’appareil est très peu sensible aux aléas climatiques, pour une consommation d’énergie maîtrisée en toutes circonstances. La BOOSTHEAT.20 associe une pompe à chaleur avec compresseur thermique et une chaudière à gaz, qui peut être raccordée à des capteurs aérothermiques ou géothermiques. Le compresseur thermique et le choix du CO2 comme fluide frigorigène améliorent l’efficacité par temps froid, et la chaudière à condensation THPE intervient en appoint sans entraîner de consommation excessive.

 

Comment réduire encore sa consommation ?

 

Le prix élevé d’une pompe à chaleur représente un investissement considérable, heureusement amorti grâce aux économies réalisées sur la facture d’énergie. Sachez que l’emplacement de l’unité extérieure (PAC aérothermique) peut jouer sur votre consommation. En la positionnant au sud, où les températures sont plus clémentes, vous augmentez la performance de votre système et vous limitez le déclenchement de la fonction dégivrage.

Une bonne isolation est essentielle pour diminuer sa facture et permet de gagner en confort tout en consommant moins. Les calories produites par votre PAC peuvent en effet, dans le cas d’une maison ou d’un bâtiment mal isolé, par différents points de fuite de chaleur :

  • Toiture
  • Portes et fenêtres
  • Façades
  • Planchers
  • Ponts thermiques

Le choix de radiateurs ou d’un plancher chauffant basse température permet aussi de gagner en efficacité. La BOOSTHEAT.20, par exemple, affiche un ETAS de 150% avec des émetteurs basse température, et 130% avec des émetteurs haute température.

Enfin, au-delà de l’entretien régulier de votre système de chauffage qui contribue à sa longévité et à son efficacité, la puissance d’une installation peut également impacter son efficacité énergétique saisonnière, c’est pourquoi vous devez choisir un modèle dimensionné à vos besoins. 

Découvrez la BOOSTHEAT.20

 

D’une puissance de 20kW, la BOOSTHAT.20 associe une pompe à chaleur à compresseur thermique reposant sur une technologie innovante et brevetée, à une chaudière à condensation THPE. Avec son ballon d’une contenance de 65 litres, elle alimente jusqu’à trois salles de bain simultanément. Elle remplace avantageusement une chaudière à gaz en se raccordant directement à votre système de chauffage central : les travaux d’installation se limitent à la pose d’une unité extérieure et éventuellement à la mise en place d’une ventouse ou d’un conduit tubé pour l’évacuation des fumées.

Vous pouvez privilégier un achat ou opter pour une location longue durée. Dans le cas d’un achat, la BOOSTHEAT.20 est éligible aux aides proposées par le gouvernement : Ma Prime Rénov, TVA réduite… Vous avez un projet ? Contactez nos équipes pour valider votre éligibilité à la BOOSTHEAT.20 et demander votre devis gratuit et sans engagement.