BOOSTHEAT > Guides et astuces > Économies d'énergie > Diagnostic de performance énergétique > Tout comprendre sur la classe GES

RETOUR

Tout comprendre sur la classe GES

classe ges

La publication de la classe GES est une obligation légale depuis le 1er janvier 2011. Toutes les annonces immobilières doivent désormais mentionner le classement DPE et le classement GES des logements, qu’ils soient proposés à la vente ou à la location.

Chaque logement dispose donc à la fois d’une étiquette énergie et d’une étiquette GES (on parle également d’étiquette climat). Dans cet article, BOOSTHEAT vous donne les clés pour bien comprendre le fonctionnement de la classe GES, son mode de calcul, et ses implications sur l’empreinte écologique de votre logement.

 

Qu’est-ce que la classe GES ?

La classe GES consiste à attribuer une « note » à un logement à partir de ses émissions de gaz à effet de serre. Le GES est exprimé en kg eq CO2 (Kilogramme équivalent CO2) /m2.an.

Le diagnostic est établi à partir de la consommation d‘énergie du logement en général, et du type de dispositif dont le logement est équipé. Les émissions de gaz à effet de serre diffèrent par exemple sensiblement en fonction du type de chauffage.

Les émissions de GES sont établies à partir de ce diagnostic, et une classe est ensuite attribuée au logement en fonction de ce diagnostic. Les classes vont de A à G, A étant la meilleure note et G la plus mauvaise.

 

Quelle est la différence entre la classe GES et le DPE?

 

L’amalgame est souvent fait entre la classe GES et le Diagnostic de Performance Energétique (DPE). Le distinguo reste simple : la classe GES fait partie du DPE, mais le DPE ne s’arrête pas au calcul du GES.

Le but du DPE est de faire un état des lieux de la consommation énergétique d’un logement en mesurant la quantité d’énergie consommée. Cette énergie est exprimée en kWh/m2.an, et distingue les logements énergivores (Classe G) des logements économes (Classe A).

 

Le calcul de la classe GES

 

Le Diagnostic de Performance Énergétique d’un logement serait incomplet sans le calcul du GES. La quantité de gaz à effet de serre émise varie considérablement d’un logement à un autre, selon la nature des énergies utilisées (énergies fossiles, électricité, biomasse, énergie solaire…).

Il existe différents gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique : le dioxyde de carbone, le méthane, l’oxyde nitreux, ou encore les chlorofluorocarbones sont les plus connus. Le CO2 reste la base la plus significative pour mesurer l’émission de gaz à effet de serre. La classe GES d’un logement est donc attribuée en fonction du poids « d’équivalent CO2 » émis chaque année par le logement.

Le calcul de la classe GES d’un logement prend en compte la quantité annuelle d’énergie primaire consommée pour le chauffage, la production d’eau chaude sanitaire, mais aussi le refroidissement du logement (notamment via l’utilisation de climatisations), lui-même très consommateur.

Cette quantité d’énergie est ensuite attribuée aux différentes énergies secondaires utilisées pour ces différents usages. Un même logement peut par exemple utiliser une énergie renouvelable pour le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire, mais avoir recours à une climatisation électrique pour le refroidissement du logement. Les différentes énergies utilisées pèseront chacune différemment dans le poids du calcul de la classe GES.

 

Les échelons de la classe GES

 

Les échelons de la classe GES sont les suivants :

  • La Classe A regroupe les logements émettant moins de 5 kgeqCO2/m2.an (Bâtiment BBC) ;
  • La Classe B regroupe les logements émettant 6 à 10 kgeqCO2/m2.an ;
  • La Classe C regroupe les logements émettant 11 à 20 kgeqCO2/m2.an ;
  • La Classe D regroupe les logements émettant 21 à 35 kgeqCO2/m2.an ;
  • La Classe E regroupe les logements émettant 36 à 55 kgeqCO2/m2.an ;
  • La Classe F regroupe les logements émettant 56 à 80 kgeqCO2/m2.an ;
  • La Classe G regroupe les logements émettant plus de 80 kgeqCO2/m2.an.

État des lieux des classes GES en France

 

L’observatoire DPE de l’Ademe permet d’avoir une vision précise de la répartition des logements français par étiquette DPE (graphique à gauche) et par classe GES (graphique à droite).

répartition nationale des DPE par étiquettes

Source : Observatoire DPE de l’Ademe

 

Au 15 août 2019, nous pouvons constater qu’une grande partie des logements français ont une classe GES de niveau C. Les logements à étiquettes C sont généralement considérés comme des logements de performances standard, ayant un impact écologique raisonnable.

Cumulées, les étiquettes A et B, représentent 1 991 683 logements, que l’on peut considérer comme des logements « propres ».

Les étiquettes D et E, attribuées aux logements polluants, sont plus nombreuses que les étiquettes A et B : on en dénombre en août 2019 plus de deux millions (1 065 898 étiquettes D, et 978 371 étiquettes E, soit 2 044 269 pouvant être considérés comme « moyennement polluants »).

Très polluants, les logements de classe F et G sont moins nombreux et représentent moins d’un million de logements en France. Ces bâtiments doivent cependant faire l’objet de rénovations et d’optimisations des équipements pour améliorer leur bilan écologique.

 

Réduire ses émissions de GES

 

Réduire ses émissions de gaz à effet de serre passe par une optimisation de la consommation, mais également par le choix d’énergies propres. En France, le chauffage est l’une des principales sources d’émissions de CO2 des logements.

Des travaux d’isolation sont la première étape pour réduire la consommation énergétique liée au chauffage du logement. À terme, ces travaux sont néanmoins insuffisants et doivent s’accompagner du remplacement de votre système de chauffage si celui-ci s’avère obsolète et/ou polluant. Cela est notamment le cas des chaudières au fioul, que le gouvernement encourage à remplacer.

Particulièrement vertueuse, la chaudière BOOSTHEAT.20 repose sur un fonctionnement hybride réduisant jusqu’à deux fois vos émissions de CO2. Vous souhaitez engager des travaux de rénovation énergétique pour améliorer la classe GES de votre logement ?

N’hésitez pas à contacter nos experts pour leur faire part de votre projet.

5.0
02

Devenez acteur de la nouvelle ère énergétique

La chaudière la moins énergivore du monde

Conçue et fabriquée en France

Votre devis en quelques clics

Nos conseillers vous accompagnent