BOOSTHEAT > Guides et astuces > Économies d'énergie > Astuces économies énergie > Comment améliorer la qualité de l’air intérieur chez soi ?

RETOUR

Comment améliorer la qualité de l’air intérieur chez soi ?

améliorer qualité de l'air intérieur

L’Homme est exposé à des polluants atmosphériques dans les environnements intérieurs. De nombreux éléments contribuent à la pollution de l’air intérieur dans une maison ou un appartement.

L’humidité, les produits d’entretien, les COV (Composés Organiques Volatils) issus des peintures et vernis présents sur nos murs et nos meubles, mais aussi les équipements de chauffage au fioul, au bois ou au gaz sont autant d’éléments polluants pour l’air de nos habitations.

Comment améliorer la qualité de l’air intérieur dans nos maisons ? Faisons le point sur les bonnes habitudes à adopter.

La pollution de l’air intérieur, qu’est-ce que c’est ?

 

Si tout le monde a déjà entendu parler de la pollution atmosphérique, la notion de pollution de l’air intérieur semble moins familière. Elle concerne pourtant tous les logements et est due à différentes sources comme la présence d’humidité, de moisissure ou encore de produits toxiques contenus dans les produits d’entretien, les textiles (rideaux, tapis), les meubles et les peintures qui habillent les murs.

Ces polluants peuvent aussi émaner de l’extérieur. Des pollens, des pesticides, des polluants industriels ou dus au trafic routier et aux véhicules peuvent en effet s’infiltrer dans votre environnement intérieur lorsque vous aérez votre logement et avoir des conséquences sur vos voies respiratoires, en particulier chez les personnes souffrant d’asthme et/ou d’allergie(s).

Enfin, la qualité de l’air intérieur dépend de votre système de ventilation et de votre système de chauffage. Une ventilation trop faible ou défaillante peut empêcher un renouvellement correct de l’air intérieur. Votre système de chauffage est aussi responsable de la pollution de l’air de votre logement. Le chauffage par combustion génère des émissions régulières de monoxyde de carbone, qui peuvent s’avérer très toxiques quand la ventilation est insuffisante. De la même manière, un chauffage au bois mal utilisé (installation défaillante, foyer ouvert, bois humide) peut émettre des particules fines aux conséquences réelles sur le système respiratoire.

À lire aussi : Quand faut-il remplacer sa chaudière ?

 

Bon à savoir

La loi relative à l’engagement national pour l’environnement a rendu obligatoire la surveillance de la qualité de l’air intérieur dans certains établissements recevant un public sensible comme les crèches, les centres de loisirs ou encore les écoles. Ces établissements doivent donc, entre autres, faire réaliser une campagne de mesures de polluants par un organisme accrédité ou mettre en place une autoévaluation de la qualité de l’air pour son amélioration.

Le ministère en charge de l’environnement, le Laboratoire Central de Surveillance de la Qualité de l’Air (LCSQA) et les Associations Agréées de Surveillance de la Qualité de l’Air (AASQA) sont les principaux acteurs du dispositif national de surveillance de la qualité de l’air. Le Code du travail prévoit également la mise en œuvre d’actions pour garantir un air sain au bureau.

 

Améliorer la qualité de l’air intérieur en quelques gestes

 

Vous l’aurez compris : la qualité du climat intérieur est une question de confort, mais aussi de santé pour les occupants du logement. Plusieurs gestes existent pour l’améliorer sans bouleverser ses habitudes et ainsi réduire son exposition aux polluants présents dans l’air.

 

Un air intérieur renouvelé régulièrement

 

La réduction du niveau de pollution de l’air passe avant tout par une ventilation et un renouvellement régulier de l’air. Vos appareils de ventilation doivent être adaptés à la surface de votre logement et fonctionner de façon optimale.

Pensez également à aérer votre intérieur chaque jour pour permettre le renouvellement de l’air. Attention de bien choisir le moment pour ouvrir portes et fenêtres :

  • en période de fortes chaleurs, aérez tôt le matin, ou en soirée ;
  • en hiver, ouvrez vos fenêtres quelques minutes en milieu de journée ;
  • si vous êtes allergique aux pollens et graminées, aérez de préférence le matin, quand l’air extérieur est le moins chargé en pollen.

 

Un système de chauffage en bon état

 

Pour limiter la pollution générée par votre chauffage, pensez à faire contrôler votre installation par un professionnel, chaque année. Chaudière, conduits de cheminée, convecteurs : chaque élément doit être vérifié.

Si vous disposez d’un chauffage au bois, équipez-vous d’un foyer fermé et contrôlez l’étanchéité des joints de la porte. Utilisez du bois sec spécial combustion pour limiter au maximum les risques d’intoxication.

À lire aussi : Qu’est-ce que l’empreinte écologique et comment la diminuer ?

 

BOOSTHEAT a créé un bijou de technologie : la chaudière la moins énergivore du monde. Une solution de chauffage efficace, sobre et durable. Si comme nous, vous pensez que les enjeux écologiques ne vont pas à l’encontre de la performance énergétique, contactez notre équipe pour plus de renseignements.