BOOSTHEAT > Guides et astuces > Énergies renouvelables et transition énergétique > Présentation du gaz naturel > 8 idées reçues sur le gaz naturel

RETOUR

8 idées reçues sur le gaz naturel

infographie idées reçues gaz naturel

Le gaz, une énergie nouvelle ?

 

Il y a plus de 2 500 ans, les habitants de Chine utilisaient déjà le bambou pour construire des pipelines destinés à alimenter des chaudières ou assurer l’éclairage de rues ou de bâtiments1.

Ce n’est qu’au XIXe siècle que le gaz est commercialisé sous forme de gaz de ville. Issu majoritairement des usines et produit par distillation de la houille, le gaz manufacturé était alors majoritairement utilisé pour éclairer les rues puis les logements2. Vous pouvez retrouver un témoignage de cette époque en vous promenant dans les quartiers historiques de nos villes, où certaines habitations ont conservé une plaque mentionnant « Gaz à tous les étages ».

L’exploitation de gisements souterrains de gaz naturel est la troisième source d’énergie consommée dans le monde au début du XXIe siècle3. En France, la découverte en 1951 d’un gisement à Lacq dans les Pyrénées-Atlantiques a favorisé le gaz naturel au détriment du gaz manufacturé.

1 Source : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gaz-naturel/2-histoire/
https://particuliers.engie.fr/gaz-naturel/conseils/types-gaz/idees-recues-gaz.html

2 Source : https://www.connaissancedesenergies.org/qu-appelait-t-on-le-gaz-de-ville-140903

3 Source : https://www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/gaz-naturel

 

Des réserves en cours d’épuisement ?

 

Les réserves de gaz naturel sont stables depuis plus de 20 ans.

Ces dernières peuvent assurer 60 ans de consommation4 au regard de nos besoins actuels, et nous découvrons régulièrement de nouveaux gisements qui s’ajoutent aux prévisions actuelles.

De plus, l’arrivée du biogaz sur le marché assure sereinement l’avenir, car il représente une source d’énergie renouvelable. Qualifié d’énergie verte, le biogaz est issu de la fermentation de matières organiques conservées dans un milieu anaérobie (privé d’oxygène).

 

Une énergie d’origine fossile ?

 

Le développement rapide du biogaz sur le marché fait du gaz une énergie renouvelable, dont la part est destinée à croître dans les années à venir.

La fermentation des matières organiques entraîne une réaction chimique appelée « méthanisation ». Ce processus se produit naturellement et a donné naissance aux mythes des feux-follets, des inflammations spontanées de méthane qui se produisent parfois dans les zones marécageuses. Le biogaz est une énergie issue de la biomasse, au même titre que l’énergie solaire, l’hydroélectricité, la géothermie et l’éolien.

Le biogaz valorise les déchets organiques issus de l’agriculture, de la consommation des ménages ou de l’exploitation forestière. Cette énergie vertueuse est en plein essor même si elle ne représente actuellement que 2% du mix énergétique5.

4 Source : https://selectra.info/energie/guides/comprendre/gaz/production

5 Source : http://www.enr.fr/le-biogaz

 

Une énergie onéreuse ?

 

En décembre 2019, le prix du kilowatt de gaz naturel s’élève à 0,078 € contre 0,143 € pour le kilowatt d’électricité. Le gaz est 55% moins cher que l’électricité6. Cet avantage se confirme quand on compare les prix du gaz aux tarifs du fioul ou du bois.

Son utilisation dans une pompe à chaleur hybride comme la BOOSTHEAT.20 augmente encore l’attractivité du gaz.

 

Une énergie dangereuse ?

 

Se chauffer au gaz implique de respecter des normes de sécurité et un entretien chaque année. Toutes les installations réalisées dans le respect de la législation bénéficient du certificat de conformité gaz7, obligatoire pour souscrire un contrat chez un fournisseur d’énergie.

Un contrôle annuel par un technicien agréé et le respect des normes en vigueur en matière d’installation vous assurent une sécurité au sein de votre logement.

Vous pouvez également équiper votre logement d’un système de détection de monoxyde de carbone. Une alarme se déclenchera alors en cas de fuite et vous pourrez réagir rapidement pour prévenir tout risque d’intoxication.

 

Une utilisation qui se limite au chauffage ?

 

Au sein d’un logement, le gaz peut avoir plusieurs utilités. Cette source d’énergie assure le chauffage de l’habitation en hiver, et elle est également utilisée pour chauffer l’eau en vue d’un usage sanitaire (douche, bain…). Le gaz sert aussi à assurer la cuisson en cuisine. Dans le cas d’une chaudière à micro-cogénération, il est même possible de tirer avantage du gaz pour produire de l’électricité, en plus du chauffage et de l’eau chaude sanitaire.

6 Source : https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/donnees-mensuelles-de-lenergie

7 Source : https://www.copraudit.com/

 

Une installation coûteuse ?

 

Il existe différents types de chauffage au gaz, couvrant une large gamme de prix. En 2019, le prix d’installation d’une chaudière à granulés peut monter jusqu’à 25 000 euros8. La chaudière à gaz à condensation, en revanche, s’installe pour un prix avoisinant les 8000 euros9. Une économie non négligeable !

Des prix plus élevés se traduisent par des fonctionnalités et des performances supérieures. L’ajout d’un ballon d’eau chaude, par exemple, représente un surcoût, mais permet de disposer instantanément d’eau chaude.

 

Une énergie incompatible avec d’autres énergies renouvelables ?

 

La BOOSTHEAT.20 propose un rendement jusqu’à deux fois supérieur à celui d’une chaudière à gaz classique. Sa pompe à chaleur hybride fonctionne au gaz et associe deux technologies : une pompe à chaleur et une chaudière à condensation.

En tant que pompe à chaleur, la BOOSTHEAT.20 exploite des énergies renouvelables : les calories contenues dans l’air extérieur (aérothermie), dans le sous-sol (géothermie) ou dans des nappes phréatiques (aquathermie).

8 Source : https://www.travaux.com/guide-des-prix/chaudieres/prix-des-chaudieres-bois

9 Source : https://www.travaux.com/guide-des-prix/chaudieres/prix-des-chaudieres-gaz